Algérie-France : Si la vie diplomatique était une compétition de football, le qualificatif de « classico » ne serait pas usurpé pour évoquer cet énième duel franco-algérien. Et, comme toujours entre ces deux-là, la période de la colonisation et de la guerre d’indépendance constitue la toile de fond de cette nouvelle crise.  Afrique du Sud : Poursuivi pour corruption, le secrétaire général de l’ANC sera devant la justice à partir du 3 novembre. Comme l’ancien président Jacob Zuma, il dénonce une conspiration ourdie par le chef de l’État.  Mali : Alors que les troupes de Barkhane quittent le pays, le régime de transition a décidé de rouvrir la voie des négociations avec Iyad ag Ghaly et Amadou Koufa, franchissant une ligne rouge pour Paris.  Bénin: Le Bénin est devenu, jeudi 21 octobre, l'une des très rares nations en Afrique à autoriser l'avortement, après le vote par l'Assemblée nationale d'une loi qui divise fortement l'opinion. Près de 200 femmes meurent chaque année au Bénin des suites de complications d'un avortement clandestin, selon les chiffres du gouvernement.

Home • Société

Justice : 5 ans de prison et 5 millions d’amende requis contre «BLA»

5 ans de prison et 5 millions d’amende contre Brice Laccruche Alhianga

Auteur • Narcisse Mauny

Le ministère public a requis 5 ans de prison et 5 millions d’amende ce 26 octobre contre   l’ancien directeur de cabinet du président de la République, Brice Laccruche Alhianga pour l’usage présumé de moyens frauduleux pour l’établissement de documents administratifs. Mais il s’avère que son état de santé est apparu inquiétant.

Un énième feuilleton judiciaire de l’ancien directeur de cabinet du président de la République, Ali Bongo Ondimba vient de dévoiler une sanction. Brice Laccruche Alhianga a comparu ce mardi 26 octobre devant la Cour d’appel de Libreville. Le ministère public a requis contre lui 5 ans de prison fermes et une amende de 5 millions de FCFA, soit la peine maximale prévue par le législateur en l’espèce.

On lui reproche l’acquisition de sa filiation gabonaise.BLA, la quarantaine révolue est poursuivi pour obtention frauduleuse de documents administratifs, faux et usage de faux.

En cause, un acte de naissance mensonger le déclarant fils de Louis André Laccruche Alihanga, un Gabonais ingénieur de formation et notable du Haut-Ogooué qui fut conseiller d’Omar Bongo Ondimba, alors que son père est Norbert Fargeon, un Français expatrié au Gabon. Un subterfuge destiné, selon l’accusation, à lui octroyer une filiation gabonaise, élément indispensable pour tout mandat électif selon  Jeune Afrique.

 L’on apprend de source de Gabonreview que ses avocats, dont Me Jean Paul Moumbembe et Me Anges Kevin Nzingou, ont quant à eux requis le sursis considérant que leur client avait fait son mea culpa. Le verdict est annoncé pour le 29 octobre prochain.

L’ancien « puissant » collaborateur du chef de l’État s’est présenté tout amaigri aux juges ce mardi. L’état de santé de Brice Laccruche Alhianga est préoccupant.

Voir aussi

Mathieu Koumba est décédé ce jour dans une structure médicale de Libreville. Il était le PCA d

voir +

Le 15 décembre, l’accès à Prix import pour ses employés se fera sur présentation d’un test

voir +

voir +

Le ministre de l’Energie s'imprègne des travaux en eau et en électricité

voir +

Cédric Mba et Nelson Ndongo ont été reçus à l'Agatour

voir +

Jesson Ayenoue interdit de célébrer les mariages hors de sa commune.

voir +

Les partenaires sociaux de la Sogatra demande au gouvernement de procéder à la restructuration de

voir +

Les travaux de renforcement du réseau des lampadaires publics ont démarré

voir +

Cédric Mba et Nelson Ndongo partent de Libreville à Mayumba à vélo

voir +

La DGCC exige le retrait du jus de fruits 100% Ceres nuisible à la santé des consommateurs

voir +