Gabon : Ali Bongo Ondimba n’ira plus à Port-Gentil ce 24 juin   Gabon/Sport : le Gabon 79ème au classement Fifa, le Brésil reste la meilleure nation   Gabon : Les contaminations à la Covid-19 repartent en forte hausse   Gabon : Bitam accueille la 12ème  Journée africaine des frontières   Gabon :le Gabon intègre le Commonwealth au sommet de Kingali   Gabon : Sofavin va continuer dès le 1er Juillet la production et la commercialisation des boissons gazeuses de Coca-cola Compagny   RDC :  61 ans après, la dépouille de Patrice Lumumba de retour au pays   Sénégal : le footballeur international Sadio Mané signe au Bayern Munich   Afghanistan : un séisme fait plus d’un millier de morts dans la zone isolée du Sud-Est

Home •  Environnement

Un nouvel accord international en vue de préserver les espèces sauvages

Traiter les crimes contre la faune et la flore sauvages

Auteur •  I.S MEFANE Publié le 19 mai 2021

Le Gabon et le Costa Rica demandent que la prévention et la lutte contre la criminalité à l’égard des espèces sauvages soient intégrées dans le cadre du droit pénal international

Selon le journal de décryptage en ligne « la république », le Gabon et le Costa Rica souhaitent un quatrième protocole pris à la convention des nations unies relatif à la criminalité transnationale organisée contre le trafic illicite de la faune et la flore sauvages, après les trois protocoles existant portant sur la traite des personnes, le trafic illicite des migrants et la fabrication illicite d’armes à feu.

S’agissant des espèces sauvages, ces pratiques entrainent une dégradation importante des écosystèmes par l’extinction de nombreuses espèces issues de la faune et de la flore.

Les pandémies actuelles proviennent à très grande majorité de la faune sauvage. Cet écosystème  occasionne la transmission des centaines de milliers de nouveaux virus transmis à l’homme par le canal d’animaux sauvages, de même, la disparition de nombreuses espèces de la flore intensifie les effets du dérèglement climatique avec pour conséquences le dysfonctionnement des écosystèmes entrainant par ce fait l’insécurité et la pauvreté mais aussi l'incapacité de retenir le co2 ou gaz carbonique.

Les impacts de ces crimes font perdre des milliards de dollars par ans aux états qui ont du mal à contrôler les nombreux trafics.

A l’effet d’amener les autres pays à prendre en compte l'impact de ces trafics illicites, les présidents Ali Bongo Ondimba et Carlos Alvarado Quesada ont estimé qu’il est temps de « traiter les crimes contre la faune et la flore sauvage comme des crimes graves et hautement destructeurs », d’où la nécessité de renforcer les lois internationales de lutte et de prévention contre la criminalité des espèces sauvages.

Voir aussi

Libreville abritera du 29 août au 1er septembre la Semaine africaine du climat 2022 (ACW).

voir +

CMG célébrait à Nairobi la journée mondiale de l’environnement sous le thème : « Parler pou

voir +

Après sa dernière visite en 2014 pour la canonisation du Pape Jean Paul II, Ali Bongo Ondimba séj

voir +

la Direction Générale des Forêts visite les sites des exploitants forestiers

voir +

La Zone économique spéciale du Gabon (GSEZ) vient d’obtenir la certification ISO 14064-1

voir +

La biodiversité est menacée par l'action de l'homme

voir +

Le rôle des pollinisateurs dans le maintien des écosystèmes

voir +