Gabon: les contrôleurs aériens de l'Asecna lèvent leur grève   Gabon/football: Roy Mouniengue et Jean-Jaurès Golly signent au Stade Mandji   Gabon: Libreville hôte des journées de l’industriel en novembre 2022   Cyclisme: le Belge Remco Evenepoel est devenu champion du monde de cyclisme dimanche 25 septembre à Wollongong, en Australie   Guinée:  l'ancien dirigeant Dadis Camara est rentré en Guinée pour le procès du 28 septembre

Home •  Culture

Tendance : La chaîne de pied, ornement ou dépravation ?

La chaîne de pied ou chevillière est un bijou qui dans la civilisation africaine

Auteur •  Love DILEBOU Publié le 18 mai 2021

 

La chaîne de pied ou chevillière est un bijou qui dans la civilisation africaine était assimilé à un langage ancestral codé. Seulement avec le temps, elle est devenue un accessoire de mode interracial.

Porter une chaîne à la cheville est une habitude qui remonte à l'Égypte antique, les hommes et les femmes se paraient des bijoux les plus beaux et les plus précieux en fonction de leur rang social.

Aujourd’hui c’est le grand retour de ces bracelets mémoriaux. Tout comme les boucles du nez ou des lèvres, les perles autour des reins, ces bijoux ont très souvent été mal perçus.

En effet on prête de nombreuses significations au port du bracelet de cheville. Selon le moteur de recherche Google, au siècle dernier, en occident et en Afrique, on considérait qu'une  femme qui portait un tel ornement se montrait ainsi "disponible" quand  bien même elle abordait une alliance.
Autre idée longtemps cultivée : le choix de la chevillière traduisait les préférences sexuelles de la personne qui la porte.
Actuellement, la chevillière  n'a  plus vraiment  de signification particulière, si ce n'est le fait de faire attention à son style et son apparence.
C'est en tout cas ce que dit Ursula Pambo, « je porte ce bijou parce que je le trouve sexy, il met mon pied en valeur. Toutes les idées reçues sur lui ne me disent absolument rien, pour moi ça reste un ornement ».

 

Où le porter ?
Plus loin dans l’histoire, pour les hommes et les femmes qui avaient un rôle important au sein de la communauté, le porter au pied droit représentait la force, la vigueur, la virilité, la responsabilité. Tandis que chez les autres femmes, c’était toujours autour du pied gauche.

On pouvait mesurer l'importance de la personne qui en portait par le nombre de chaînettes, caractérisant la classe sociale, l’influence, la richesse et bien d’autres attributs. Ces symboles étaient signes de noblesse.

De nos jours la chevillière se porte simplement comme un accessoire de mode, sans connotation particulière mis à part chez certaines cultures d'Afrique et d'Asie, toutefois il revêt toujours une dimension sensuelle.
En or ou en argent, avec fantaisies (plumes, coquillages, perles etc.) ou pas ces bijoux sont visibles et magnifiés dans la société actuelle. En porter ne serait donc qu'un signe de beauté, de séduction et de charme.

Voir aussi

Le ministre délégué, Max Samuel Oboumadjogo a surpris le public en prolongeant l’évènement de

voir +

Sous le thème retenu « ma culture, mon identité », cette manifestation se déroule simultaném

voir +

Elle s’est produite ce week-end écoulé à Akanda et s’est dit également prête à poursuivre

voir +

Le ministre de la Culture et des arts via sa direction provinciale de la Ngounié relance le traditi

voir +

Les animations culturelles et un débat sur l’égalité du genre ont constitué le menu de cette i

voir +

Joint au téléphone par notre rédaction dans la journée du samedi 23 juillet, elle dit garder en

voir +

Mais la chanteuse Macy Ilema retient surtout de lui ce jour ses valeurs humaines et sa passion pour

voir +