Tendance : La chaîne de pied, ornement ou dépravation ?

 

La chaîne de pied ou chevillière est un bijou qui dans la civilisation africaine était assimilé à un langage ancestral codé. Seulement avec le temps, elle est devenue un accessoire de mode interracial.

Porter une chaîne à la cheville est une habitude qui remonte à l'Égypte antique, les hommes et les femmes se paraient des bijoux les plus beaux et les plus précieux en fonction de leur rang social.

Aujourd’hui c’est le grand retour de ces bracelets mémoriaux. Tout comme les boucles du nez ou des lèvres, les perles autour des reins, ces bijoux ont très souvent été mal perçus.

En effet on prête de nombreuses significations au port du bracelet de cheville. Selon le moteur de recherche Google, au siècle dernier, en occident et en Afrique, on considérait qu'une  femme qui portait un tel ornement se montrait ainsi "disponible" quand  bien même elle abordait une alliance.
Autre idée longtemps cultivée : le choix de la chevillière traduisait les préférences sexuelles de la personne qui la porte.
Actuellement, la chevillière  n'a  plus vraiment  de signification particulière, si ce n'est le fait de faire attention à son style et son apparence.
C'est en tout cas ce que dit Ursula Pambo, « je porte ce bijou parce que je le trouve sexy, il met mon pied en valeur. Toutes les idées reçues sur lui ne me disent absolument rien, pour moi ça reste un ornement ».

 

Où le porter ?
Plus loin dans l’histoire, pour les hommes et les femmes qui avaient un rôle important au sein de la communauté, le porter au pied droit représentait la force, la vigueur, la virilité, la responsabilité. Tandis que chez les autres femmes, c’était toujours autour du pied gauche.

On pouvait mesurer l'importance de la personne qui en portait par le nombre de chaînettes, caractérisant la classe sociale, l’influence, la richesse et bien d’autres attributs. Ces symboles étaient signes de noblesse.

De nos jours la chevillière se porte simplement comme un accessoire de mode, sans connotation particulière mis à part chez certaines cultures d'Afrique et d'Asie, toutefois il revêt toujours une dimension sensuelle.
En or ou en argent, avec fantaisies (plumes, coquillages, perles etc.) ou pas ces bijoux sont visibles et magnifiés dans la société actuelle. En porter ne serait donc qu'un signe de beauté, de séduction et de charme.

    Articles récents

    Le Japon s’est engagé à réhabiliter le Centre social du Bas de gué-gué

    Quatre officiers supérieurs de la police ont été sanctionnés

    Ali Bongo soutient les athlètes aux jeux olympiques

    Le directeur artistique de des Jeux Olympiques de Tokyo ne sera pas.

    Ali Bongo recommande la vaccination anti covid-19 aux musulmans

    Le projet de réforme du groupe Gabon télévisions connait des avancées

    La communauté musulmane du Gabon célèbre la  Tabaski 



    Vidéos récentes

    Intéressé un nouveau public aux subtilités de l'art de la peinture

    Nous vous faisons découvrir le voyeur derrière le viseur.

    La première ministre de la République gabonaise, Rose Christiane Ossouka raponda s'est exprimée lors du forum génération égalité.

    L 'Association de Lutte Pour Le Bien Etre des Albinos ALBA a organisé une journée de célébration et de sensibilisation sous le thème "Fort envers et contre tout"

    Le Président Gabonais va réunir les députés et les sénateurs

    Un Fablab est un endroit dédié à la création et au partage des connaissances liées à la technologie.

    la CNAMGS en collaboration avec le CHUL organise une caravane medicale ayant pour theme la pose de protheses et la confection de fistules aterio veineuses 

    Les étudiants d'ESAM à Gabon Télévisions pour comprendre le fonctionnement de la première gabonaise.

    Trois cents ouvrages de divers domaines en langue espagnole offert par l'ambassade du Royaume d'Espagne au Gabon.

    Les anciens élèves du lycée Mohamed Arissani organisent une communication sur l'impact des réseaux sociaux